Le Mystère de la Sanctification

Classé dans : Sermons | 0

En cette saison, approchons-nous de lui avec crainte et amour, lui en qui réside toute la perfection, et de qui nous sommes autorisés à la recevoir. Venons au sanctificateur pour être sanctifiés. Venons à lui afin de connaître où est notre devoir, et aussi de recevoir la grâce pour l’accomplir. À d’autres périodes de l’année, il nous est rappelé que nous devons veiller, œuvrer, lutter et souffrir ; mais en cette saison, il n’est question que des cadeaux de Dieu envers nous, pécheurs, « car ce n’est pas à cause des œuvres de justice que nous aurions accomplies, mais en vertu de sa grâce qu’il nous a sauvés ».

La providence de Dieu dans notre vie

Classé dans : Prières et Méditations | 0

… Nous sommes entièrement dépendants de la providence de Dieu, et la reconnaissance pour cela même, avec le souvenir très net de tout ce qu’il a fait pour nous. Que nous prenions l’habitude de regarder tout ce que nous possédons comme un don de Dieu, accordé sans être mérité, et à nous renouveler jour après jour par sa seule miséricorde.

Newman et Littlemore – son amour des pauvres

Classé dans : Thèmes divers | 0

DSC_0011_(640_x_480)

Sr. Birgit Dechant F.S.O.

« De notre foi au Christ qui s’est fait pauvre, et toujours proche des pauvres et des exclus, découle la préoccupation pour le développement intégral des plus abandonnés de la société » (Pape François, Evangelii gaudium, N. 186).

Ces mots du pape François dans son exhortation aposto­lique Evan­gelii gaudium s’appliquent tout naturellement et à juste titre à l’œuvre et à la vie du bienheureux John Henry Newman et particu­lièrement à son travail parmi la population pauvre de Littlemore. Se basant sur la Correspondance et le Journal de Newman (Letters and Diaries), cet article

Lettre circulaire 2016

Classé dans : Lettre circulaire | 0

Wappen

Chers Amis de Newman,

Lors d’une audience aux représentants des moyens de communication, trois jours après son élection comme successeur de Pierre, le pape François avait souligné qu’il voudrait « une Église pauvre et pour les pauvres ! » Il expliqua cette option dans son exhortation apostolique Evangelii gaudium: « Chaque chrétien et chaque communauté sont appelés à être instruments de Dieu pour la libération et la promotion des pauvres, de manière à ce qu’ils puissent s’intégrer pleinement dans la société ; ceci suppose que nous soyons dociles et attentifs à écouter le cri du pauvre et à le secourir. Il suffit de recourir

La Providence personelle telle qu’elle se révèle dans l’Evangile

Classé dans : Sermons | 0

Irlande « Toi, Dieu, tu me vois » (Gn 16, 13).

Quand Agar se fut enfuie dans le désert de devant sa maîtresse, elle fut visitée par un ange, qui la fit revenir sur ses pas ; mais en même temps que ce reproche implicite adressé à son impatience, il lui adressa une parole grosse d’encouragement et de consolation. Et dans les réflexions qui s’opéraient en elle, et où se mariaient l’humiliation et l’allégresse, elle reconnut la présence de son Créateur et Seigneur, lui qui se présente à ses serviteurs sous un double aspect : la sévérité due à sa sainteté, et l’apaisement dû à l’abondance de sa miséricorde.

La pratique religieuse comme préparation à la venue du Christ

Classé dans : Sermons | 0

« Tes yeux contempleront le Roi dans sa beauté ; ils verront un pays très lointain » (Is 33,17).

Les années dans leur succession nous rapportent sans cesse les mêmes avertissements : aucun n’est plus frappant que celui qui nous arrive en ce temps-ci. Le gel et le froid, la pluie et la grisaille que nous avons en cette saison annoncent les jours terrifiants de la fin du monde, et en évoquent la pensée dans les cœurs religieux. L’année est à bout de souffle ; le printemps, l’été, l’automne ont tour à tour apporté leurs présents et donné le meilleur d’eux-mêmes ; mais ils sont passés et le terme est arrivé. Tout est fini, achevé ;

Veiller

Classé dans : Sermons | 0

Fu prêché le 3 décembre 1837.

« Soyez sur vos gardes, veillez [et priez], car vous ne savez pas quand ce sera le moment » (Mc 13, 33).

Notre Seigneur nous a donné cet avertissement quand il était sur le point de quitter ce monde ; le quitter signifiait la fin de sa présence visible. Il avait en perspective les centaines d’années qui devaient s’écouler avant son retour. Il connaissait son but à lui et celui de son Père : laisser progressivement le monde à lui-même, lui ôter les signes de sa bienveillante présence. Il voyait, comme il voit toutes choses, la négligence à son égard qui se répandrait même parmi ceux qui feraient profession de le suivre, la désobéissance téméraire et les paroles violentes qu’oseraient lancer contre lui et contre son Père beaucoup de ceux qu’il avait régénérés, la froideur, la lâcheté et la tolérance à l’égard de l’erreur dont beaucoup feraient preuve – sans qu’ils aillent jusqu’à parler ou agir contre lui. Il prévoyait l’état du monde et celui de l’Église, tels que nous les voyons aujourd’hui, alors que son absence prolongée a pratiquement fait croire qu’il ne revien­dra jamais sous une forme visible.

Lettre circulaire 2015

Classé dans : Lettre circulaire | 0

Wappen

Rome, juin 2015

Chers amis de Newman,

Il y a exactement 150 ans, en 1865, John Henry Newman écrivait Le Songe de Gérontius qui est devenu célèbre dans le monde entier après avoir été mis en musique par Edward Elgar. Ce poème décrit de façon admirable le voyage de Gérontius

La vertu de l’espérance dans la vie chrétienne

Classé dans : Thèmes divers | 0

lever du soleil en Autriche

P. Hermann Geissler, F.S.O.

Les chrétiens se doivent d’être prêts à justifier leur espérance devant toute personne qui en demanderait compte (Cf. 1P 3, 15). Dans cette tâche qui est la nôtre, le bienheureux John Henry Newman (1801-1890) peut être à la fois notre conseiller et notre guide. Après sa conversion au catholicisme (1845), son ordination sacerdotale et la fondation de l’Oratoire de St Philippe Néri en Angleterre,

1 2 3 4 255