Le Christ, Esprit vivifiant

Classé dans : Sermons | 0

La fête de la résurrection de Notre Seigneur, 3 avril 1831

« Pourquoi cherchez-vous le Vivant parmi les morts ? Il n’est pas ici ; mais il est ressuscité » (Lc 24, 5-6).

Telle est la question triomphante par laquelle les saints anges ont fait s’envoler la tristesse des femmes au matin de la résurrection du Christ. « Ô vous qui êtes de peu de foi », de moins de foi que d’amour, plus respectueux qu’intelligents, pourquoi venez-vous oindre son corps le troisième jour ? Pourquoi cherchez-vous dans la

Les appels de Dieu

Classé dans : Sermons | 0

« Le Seigneur vint et se tint présent. Il appela comme les autres fois :

« Samuel ! Samuel ! » et Samuel répondit :

« Parle, car ton serviteur écoute »» (1 Sam 3, 10).

Dans le récit dont ces mots font partie, nous avons un exemple remarquable d’un appel de Dieu et de la façon dont il est de notre devoir de lui répondre. Samuel fut, quand il était tout enfant, emmené dans la maison du Seigneur et il fut, le moment venu, appelé à un office sacré et accrédité comme prophète. Il fut appelé et il répondit aussitôt à l’appel.

De la sérénité

Classé dans : Sermons | 0

22 décembre 1839

« Réjouissez-vous sans cesse dans le Seigneur, je le dis encore, réjouissez-vous (Ph 4, 4).

Tandis que dans certains passages de l’Écriture la perspective de la venue du Christ nous inspire crainte et respect en même temps qu’elle nous exhorte à veiller et à prier, les versets en rapport avec le présent texte, en revanche, nous présentent une vue différente de la vie chrétienne, et c’est un autre genre d’attitude qui nous est recommandé. « Le Seigneur est proche », nous est-il dit, et par conséquent nous devons « nous réjouir dans le Seigneur » ;

Le respect, signe de foi en la présence de Dieu

Classé dans : Sermons | 0

4 novembre 1838

« Tes yeux contempleront le roi dans sa beauté ; ils verront un pays très lointain » (Is 33, 17).

Moïse n’a pas eu la faveur d’entrer dans la Terre promise, mais il a été autorisé à l’apercevoir de loin. À nous aussi, bien que nous ne soyons pas encore admis dans la gloire céleste, il est donné de voir beaucoup, pour nous préparer à voir davantage. Le Christ demeure parmi nous de façon réelle,

La foi, source de paix

Classé dans : Sermons | 0

24 mai 1839

« Ils se criaient l’un à l’autre ces paroles : « Saint, saint, saint est le Seigneur Sabaot »» (Is 6, 3).

Tout dimanche est jour de repos, mais ce jour l’est peut-être plus que tout autre. Ce qu’il commémore, ce n’est pas une action de Dieu, si glorieuse et si miséricordieuse soit-elle, mais ses perfections ineffables et son mystère adorable.

Croire sans voir

Classé dans : Sermons | 0

«Thomas, parce que tu as vu, tu as cru ; heureux ceux qui croient sans voir » (Jn 20,29).

Saint Thomas est l’apôtre qui douta de la résurrection de notre Seigneur. Ce manque de foi l’a doté dans l’esprit de la plupart des gens d’un trait de caractère auquel se réfère la collecte du jour. Cependant, il ne faut pas croire que saint Thomas soit bien différent des autres apôtres. Tous, plus ou moins, ont douté des promesses du Christ lorsqu’ils le virent être emmené pour être Crucifié.

La religion du moment

Classé dans : Sermons | 0

Ce sermon fu prêché le 26 août 1832

« Retenons fermement la grâce, et par elle rendons à Dieu un culte qui lui soit agréable, avec religion et crainte. En effet, notre Dieu est un feu dévorant » (He 12,28-29).

À toutes les époques du christianisme, depuis les premiers temps où il fut prêché, a existé ce que l’on peut appeler une religion du monde, qui imite la seule et vraie religion au point de leurrer ceux qui manquent de constance et de prudence. Le monde ne contrecarre pas la religion en tant que telle. Je dirais même qu’il ne l’a jamais contre carrée. En particulier il a, à toutes les époques, reconnu

Le repentir chrétien

Classé dans : Sermons | 0

« Père, j’ai péché contre le Ciel et contre toi ; je ne mérite plus d’être appelé ton fils, traite-moi comme l’un de tes serviteurs » (Lc 15, 18-19).

Le meilleur qu’on puisse dire de la race déchue et rachetée d’Adam, c’est que les hommes confessent leur chute, qu’ils s’en rendent responsables et qu’ils s’efforcent de se relever eux-mêmes. Cette attitude spirituelle est, en fait, la seule voie possible laissée aux pécheurs dans la religion. Elle nous est reproduite dans la parabole de l’Enfant prodigue,

De la Sainteté indispensable au bonheur éternel

Classé dans : Sermons | 0


« La sanctification sans laquelle personne ne verra le Seigneur » (He 12, 14).

Dans ce passage l’Esprit saint a jugé bon d’exprimer en peu de mots une des principales vérités de la religion. C’est ce détail qui lui confère une force particulière, car le message lui-même apparaît sous une forme ou sous une autre partout dans l’Ecriture. On nous dit et nous répète que la sanctification des créatures pécheresses est la grande idée qui poussa notre Seigneur

Le Carême, temps de repentance

Classé dans : Sermons | 0

« Lorsque Ésaü entendit les paroles de son père, il cria avec beaucoup de force et d’amertume et dit à son père : « Bénis-moi aussi, mon père ! »» (Gn 27, 34.)

Je suppose que personne ne peut lire ce chapitre sans ressentir quelque pitié envers Ésaü. Il avait espéré que son père lui donnerait sa bénédiction, mais son frère l’avait devancé et avait obtenu celle-ci à sa place. Il ignorait ce qui s’était passé ; aussi entra-t-il chez son père pour se faire bénir, sans soupçonner le moins du monde qu’il ne devrait pas l’être. Son père, au comble de la stupéfaction et de la désolation, lui dit que, à son insu, du fait de sa cécité, il n’avait pu vérifier de ses yeux et avait donc donné sa bénédiction à son frère Jacob ; il ne pouvait donc rétracter sa parole.

1 2 3